28 février 2018

L’insertion professionnelle des jeunes : de fortes inégalités selon le diplôme

Les jeunes générations subissent globalement les conséquences d’un marché du travail qui reste morose. Mais les écarts en matière d’emplois sont énormes entre les diplômés et les autres. Une synthèse des principales données sur l’insertion des jeunes d’après les données du Céreq [1].

Les lycées professionnels, parent pauvre de l'éducation, Jean-Michel Dumay

En septembre 2017, le Mouvement des entreprises de France (Medef) lançait une campagne destinée à faire connaître ses propositions pour améliorer le système éducatif en mettant dans la bouche des jeunes cette accusation : « Si l'école faisait son travail, j'aurais du travail. » La charge contre l'éducation nationale était si violente que même l'ancienne « patronne des patrons » Laurence Parisot ne vit là que « morgue, mépris, bêtise, ignorance » (Twitter, 21 septembre). Le ministre de l'éducation Jean-Michel Blanquer ne put qu'exiger le retrait immédiat du slogan - ce qui fut fait. Le Medef présenta des demi-excuses. Selon lui, l'opération ne visait « évidemment pas les professeurs, mais un système qui produit du chômage ». Voire...

30 novembre 2016

Vers une renaturalisation des inégalités sociales à l’école ? Les jeunes face aux pathologies scolaires

6ème congrès de l'AFS, 2015, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.
Vers une renaturalisation des inégalités sociales à l’école ? Les jeunes face aux pathologies scolaires.

6 septembre 2016

Echec scolaire et inégalités : l'école française, un plutôt bon élève en Europe

L'école française, royaume des inégalités et du décrochage ? La thèse est devenue un lieu commun du débat public, repris par tous les commentateurs, quel que soit leur bord politique. Pourtant, notre modèle d’éducation et de formation est surtout mal classé en matière de formation des adultes, selon les données européennes. Dans le domaine de l'échec et des inégalités scolaires, la France n’est pas en si mauvaise position contrairement à ce que l'on indique en se fondant un peu vite sur les résultats de l'étude Pisa de l'OCDE.

1959, la rentrée de toutes les réformes scolaires (France culture)

Record de scolarisation, recrutement des enseignants, nouvelle formule du baccalauréat : dans cette archive, le journaliste Francis Mercury revient sur les enjeux de la rentrée scolaire de l'année 1959-1960.
Chaque réforme de l'école française suscite son lot de débats, comme cette année la réforme du collège. Certaines rentrées furent le théâtre de modifications profondes de la politique éducative, comme la cuvée 1959-1960, avec un changement de formule du baccalauréat, l'âge de la scolarité obligatoire rehaussé à 16 ans (au lieu de 14 ans) et un record de scolarisation. Si le baby-boom de l’après-guerre pose la question de la surcharge des classes, c’est aussi la formation des enseignants qui est en jeu en ce mois de septembre 1959 :

18 mai 2016

L’école peut-elle réduire les inégalités sociales ? Louis Maurin

13 décembre 2013 - Face aux inégalités sociales, l’école ne peut pas tout. Mais elle ne fait pas assez. Et certaines réformes ont même accentué les écarts. Une analyse de Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités.

Se demander si l’école peut réduire les inégalités a quelque chose d’incongru. C’est l’une des fonctions principales de l’école de la République laïque et gratuite, qui a vocation à instruire tous les enfants sans distinction. En théorie, elle doit donc permettre à chacun d’eux d’accéder à l’ensemble des diplômes possibles et, partant, à toutes les positions sociales. Dans les faits, les inégalités font de la résistance.

11 novembre 2015

Pierre Merle, L’école française, démocratique ou élitiste ?

Alors que la plupart des pays européens ont entrepris des réformes en profondeur de leurs systèmes éducatifs en vue de les démocratiser, l’école française reste une des plus élitistes. Pierre Merle revient sur la mesure des inégalités scolaires et les réformes nécessaires.

10 octobre 2015

La psychologisation de la difficulté intellectuelle, obstacle à la démocratisation scolaire, Jean-Pierre Terrail

N’étant ni pédagogue, ni didacticien, mais sociologue, je ne procèderai pas ici par énoncés normatifs dérivés de jugements a priori concernant le bien et le mal en matière éducative. Mes propositions sont issues de l’observation de situations de classe et de pratiques d’enseignement, observation qui prend place dans une recherche sur les mécanismes producteurs d’inégalités scolaires . Pour autant, je ne viens pas plaider ici pour une interprétation sociologique de activités scolaires qui méconnaîtrait leur dimension psychologique. Je viens plaider pour la reconnaissance, le respect et la revalorisation de la dimension proprement intellectuelle des processus d’apprentissage.

1 octobre 2015

« En France, l’école laisse s’accroître les inégalités », Marie Duru­Bellat

« En France, l’école laisse s’accroître les inégalités »
LE MONDE CULTURE ET IDEES | 01.10.2015 à 14h51 • Mis à jour le 01.10.2015 à 17h05 | Propos recueillis par
Séverin Graveleau

Marie Duru­Bellat est sociologue, professeure émérite à Sciences Po Paris et chercheuse à
l’Observatoire sociologique du changement. Spécialiste des inégalités dans le système scolaire, son ouvrage L’Inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie (Seuil) avait fait grand bruit en 2006. Avec le sociologue François Dubet, elle a signé en cette rentrée 2015 10 propositions pour changer d’école (Seuil). L’une de ces propositions vise à «bâtir une école plus juste».